Reconnaitre les étains de contrefaçon.


Reconnaitre un FAUX étain ANCIEN, voici quelques pistes pour démêler le faux du vrai par vous même:

  • L'alliage comprend un fort pourcentage de plomb, ou l'article est anormalement lourd.
  • Le style de l'époque n'est pas respecté.
  • Les proportions ne sont pas correctes ou idéales.
  • Le repoussé et la ciselure n'étaient pas employé par les maitre potier d'étain d'antan.
  • Les coups et rayures doivent provenir d'une usure logique.
  • Les marbrures sur l'article trahissent une patine forcée à l'acide.
  • Les techniques de fabrication anciennes ne sont pas respectées. (Présence de nombreuses retouches par exemple.)

 

Attention, les poinçons ne sont pas forcément un gage de confiance.

S'assurer du pourcentage d'étain dans l'alliage :

Le poinçon n'est pas toujours une indication fiable, il existe une technique permettant de vérifier le pourcentage d'étain dans un alliage :

 

M Salmon, marchand et potier d'étain à Chartres à décrit en 1788 dans son ouvrage "Art du Potier d'étain" la technique dite "essai à la mouche" permettant de déduire aproximativement le degré de finesse des articles en étain :

 

Le métal est légèrement touché au moyen d'un fer chaud qui laisse une cavité appelée "mouche" dont la couleur permet de juger de degré de fin de la pièce, et la nature de l'alliage :

  • Etain fin (+90% d'étain ) : La mouche est blanche.
  • Etain commun (allié à 10-20% de plomb) : La mouche est entourée de brun.
  • Etain de "clair étoffe" ( jusqu'à 40% de plomb) : La mouche est noire et "grasse".

 

Bien sur, cette mouche doit préférablement être apposée sur une partie non visible de l'objet.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0